Les Cricouis, une école pas comme les autres 

© Les Cricouis. Tous droits réservés | Mentions légales et politique de confidentialité

L'origine du projet 

Ce sont nos lectures, nos observations et nos expériences qui nous ont conduits au même constat, d’une école à réinventer pour permettre à chacun de retrouver le goût de l’apprentissage et de la découverte.

 

  • Les études théoriques et scientifiques
    D’après une étude menée en 2016, 4 enfants sur 10 ne jouent jamais dehors pendant la semaine et la moitié pratique une activité de plein air au moins deux jours par semaine. En parallèle, en 2018, l’Education Nationale  note une hausse importante du nombre d’enfants scolarisés (de 2 à 11 ans) souffrant de troubles intellectuels et cognitifs, de troubles du psychisme ou du langage. Ces données ont été corrélées et il apparaît que le manque de nature est en lien avec ce mal-être. Il est prouvé que la nature possède des vertus thérapeutiques et pédagogiques. Les capacités de concentration des enfants « sont améliorées par une période, même courte, dans la nature, et lorsqu’une classe est donnée à l’extérieur, les enfants sont plus concentrés et l’enseignant plus calme ».
    Philippe Guimard, de l’université de Nantes, s’est intéressé au bien-être des élèves à l’école. À l’échelle internationale, les enquêtes montrent un classement particulièrement bas de la France sur quelques indicateurs de bien-être, comme le stress ressenti pour le travail scolaire ou le soutien social perçu à l’école [Currie, Gabhainn et Alii, 2008]. Selon une étude de l’OCDE en 2009, la France se situe à la vingtième place (sur 25) pour le pourcentage d’élèves de 11 à 15 ans déclarant aimer l’école. Les données de l’enquête PISA 2012 vont dans le même sens : les élèves français sont plus nombreux à considérer l’école comme une perte de temps (11 % en 2012, contre 7 % en 2003) et ils ont peu confiance en eux. De plus, le stress lié à la peur des contrôles ou d’être interrogé est la première cause de leur malaise à l’école.
    La fréquence des difficultés rencontrées par les élèves est suffisamment élevée pour ne pouvoir être imputée aux seules caractéristiques individuelles des enfants : elle interroge la pédagogie, d’autant que le mal-être des élèves a des incidences sur les résultats académiques.

 

  • Les constats personnels
    Face aux mutations considérables de notre société, il est fondamental de permettre à nos enfants d’accéder à des compétences qui permettent l’autonomie. L’agro-écologie, la valorisation des ressources naturelles, l’artisanat et le travail manuel, l’acquisition de compétences pratiques et techniques visant l’économie des ressources matérielles et énergétiques sont autant de connaissances et savoir-faire essentiels à son éveil et à l’adulte qu’il sera demain, et complémentaires au programme classique.
    Les porteurs de ce projet aspirent à un monde éducatif plus juste où la place de l’enfant reprend sa juste valeur. Selon nous, la sensibilisation à la protection de l’environnement ne se fait qu’en vivant au cœur de la nature.
    Ce projet répond également à la demande de familles, de plus en plus nombreuses, qui déscolarisent leurs enfants et pratiquent l’instruction en famille. Chaque enfant étant unique, de nombreuses familles ne sont pas satisfaites du seul modèle éducatif que l’on nous propose.

Le projet pédagogique

Notre projet s’articule autour de 4 axes principaux : 

Le vivre ensemble

    La coopération et la bienveillance sont les valeurs centrales de la vie de l'école, entre tous les acteurs: enfants, parents, équipe éducative. L'école prône la gouvernance partagée dans laquelle la voix de chacun compte. Les enfants ne sont pas classés par âge, ils évoluent tous ensemble avec les adultes pour favoriser l'entraide.
Nos expériences personnelles dans l’éducation, et celles de nombreuses écoles à travers le monde, nous amènent à penser que la création d’un climat de confiance de sécurité physique, affective et psychologique dans l’école est un élément fondamental pour l’épanouissement de chacun  et la qualité du vivre-ensemble. C’est pourquoi nous y accordons une grande importance et sommes vigilants sur le respect des personnes et des processus qui sont garants de ce climat serein. A ce titre, les intervenants permanents de l’école seront formés à la communication non violente (CNV), processus défini comme suit par Marshall Rosenberg : « La communication non violente, c’est la combinaison d’un langage, d’une façon de penser, d’un savoir-faire en communication et de moyens d’influence qui servent mon désir :

  • De me libérer du conditionnement culturel qui est en discordance avec la manière dont je veux vivre ma vie ;
  • D’acquérir le pouvoir de me mettre en lien avec moi-même et autrui d’une façon qui me permette de donner naturellement à partir de mon cœur ;
    D’acquérir le pouvoir de créer des structures qui soutiennent cette façon de donner. »


       Les neurosciences affectives et sociales confirment intégralement nos choix : la bienveillance doit être au cœur de la relation pour permettre à chacun de grandir et s’épanouir en confiance et en conscience. L’empathie reçue développe le système empathique, la compassion, l’altruisme, la confiance en soi et en l’autre. Une nourriture affective bienveillante permet la production d’ocytocine, en lien avec la sérotonine, la dopamine, les endorphines et libère   de la disponibilité cognitive pour l’apprentissage.


Par imitation, les membres de l’école apprendront à communiquer en CNV et à écouter. Les citoyens ne sont ni jugés, ni évalués. Ce bain relationnel positif ouvre l’individu à tout son potentiel en permettant une sécurité intérieure qui participe à sa construction identitaire.

Le lien avec la nature

 

    La nature est au cœur de notre projet, elle est source d’apprentissage. Explorer le monde du vivant au travers de l’expérience, des découvertes, permet à l’enfant de le connaître pleinement et alors d’en prendre soin. A ce titre, la vie de l’école se déroulera le plus souvent possible sur des espaces extérieurs.

    Nous nous référons aux principes fondamentaux de la permaculture : prendre soin de la terre, prendre soin de l’humain et partager équitablement. Ces principes sont issus des leçons de peuples qui ont réussi à vivre en équilibre avec leur environnement beaucoup plus longtemps que les civilisations contemporaines. Il est nécessaire d’allier les enseignements de l’époque moderne à ces principes pour réussir la transition vers un avenir durable.

La liberté et l’autonomie

 

    En toute confiance, nous laissons les enfants libres pour apprendre de façon à préserver leur curiosité et leur créativité. L’environnement est pensé pour que les enfants puissent acquérir ce qui leur est nécessaire dans leur parcours de vie. Ils le font à leur rythme afin d’approfondir les domaines qui ont du sens pour eux.
    Chaque membre a la liberté d’occuper son temps, sans obligation de cours, à l’exception des responsabilités suivantes : tâches de ménage et suivi des annonces du conseil d’école hebdomadaire.
  A l’école Les Cricouis, les compétences techniques et les connaissances générales sont considérées avec autant d’importance que les compétences sociales et les valeurs. Aussi, l’intention est que le jeune puisse acquérir à son rythme les apprentissages du socle commun de connaissances, de compétences et de culture mais aussi de lui ouvrir la porte à d’autres compétences nécessaires à son épanouissement. Lorsque l’intérêt vient de l’enfant lui-même, les apprentissages sont beaucoup plus  rapides et de qualité. Les sciences de l’éducation montrent ainsi l’importance de la motivation intrinsèque depuis de nombreuses années.
    S’ils le souhaitent, les jeunes peuvent s’inscrire aux épreuves du brevet, du baccalauréat ainsi qu’au permis piéton, ASSR1 et 2 en candidat libre ou regagner un cursus ordinaire. L’équipe éducative se donnera les moyens de les accompagner dans leur demande de passage de diplômes ainsi que de faire le lien avec les établissements du secteur.

L’ouverture sur le monde

L’ouverture sur le monde comprend plusieurs aspects : la connaissance des pays, des peuples, des cultures mais aussi l’ouverture de l’école à la population locale, la découverte de métiers…
L’école est ouverte à tous pour favoriser le respect, la connaissance et l’écoute de l’autre. C’est un lieu de partage qui crée des liens avec les acteurs de la vie locale. Des intervenants de tous les horizons, artisans, retraités, parents, seront invités à partager des connaissances et savoir-faire multiples au travers d’ateliers, clubs, sorties… 
    Une importance particulière est accordée à la (re-)création d’un lien entre les enfants et les seniors. Nous souhaitons travailler par exemple avec les associations locales dont l’objet est de créer du lien social pour les personnes âgées et de rompre leur isolement. Nous souhaitons accueillir les seniors volontaires pour qu’ils partagent des moments et des savoir-faire (jeux de société, lecture de contes, jardin, tricot, couture, photo, musique, peinture, sculpture, etc.) avec les enfants de l’école. Bien sûr, les enfants pourront eux aussi partager avec leurs aînés leurs intérêts et compétences. 
    Les parents seront invités à intervenir auprès des enfants et du personnel pour participer à la vie de l’école selon ce qu’ils souhaiteront apporter. Cette contribution n’aura pas de caractère obligatoire. 

    L’école sera organisée en lieux distincts dont chacun offrira des possibilités spécifiques : coin des arts, coin musique, jardin, bibliothèque…
    Chaque semaine, un tableau permettra aux personnes de s’inscrire aux ateliers proposés. Le mélange des âges participe de cette diversité foisonnante, qui contribuera à l’épanouissement personnel.

L’idée première est de fournir un environnement sécurisant suffisamment riche pour répondre aux aspirations des enfants. Chaque activité sera l’occasion d’insérer des notions de base pour acquérir des compétences telles que lire, écrire et compter. Les techniques pédagogiques telles que celles instituées par Maria Montessori, Célestin Freinet, Rudolph Steiner, Charlotte Mason et bien d’autres pourront être utilisées judicieusement en fonction des attentes de chacun. A ces compétences fondamentales viendront s’ajouter des compétences sociales et manuelles indispensables aux enfants pour construire le monde de demain.

Quels sont nos outils ? 

Les ateliers

    Ils seront mis en place au sein de l’école de façon journalière, hebdomadaire ou mensuelle. Ils sont, par nature, susceptibles d’évoluer.
Chaque semaine, un planning des activités proposées sera à disposition. A ce planning, pourront être ajoutées les propositions d’activités initiées par les enfants eux-mêmes ou proposées par les bénévoles. Chaque membre actif s’engagera à participer à un minimum de 4 ateliers hebdomadaires. 
    Nous pourrons trouver par exemple la météo émotionnelle, l’activité d’intelligence émotionnelle, l’activité Grenouille, l’atelier philo, l’atelier de transmission de savoir-faire, l’atelier d’ouverture culturelle, etc.

Les certificats de responsabilité

Pour chaque outil ou matériel utilisé, ainsi que pour tout déplacement à l’intérieur ou à l’extérieur de l’école, les enfants seront tenus d’acquérir un certificat. Il permettra de connaître leur aptitude à les utiliser correctement et sans danger, en respectant les consignes imposées pour la sécurité de tous. Ces certificats seront remis par les personnes habilitées qui s’assureront des capacités du futur certifié à remplir correctement les conditions demandées. 
Cet outil concourt à l’autonomie et à la responsabilisation de tous les élèves en respectant leur rythme et leurs capacités d’apprentissage.

La place pour le numérique 

    Dans un monde en constante évolution dans lequel le numérique occupe une place de plus en plus importante, il nous semble essentiel d’accompagner les enfants dans la maîtrise des outils numériques. Pour ce faire, nous distinguerons deux étapes : avant 6-7 ans, nous suivrons les recommandations du CSA et ne proposerons pas d’accès aux écrans aux enfants. En effet, dans un premier temps, il s’agira d’accompagner les enfants dans la connaissance d’eux-mêmes et de leurs pairs, dans la connexion à la nature et au vivant en général, dans le développement de l’esprit critique (au moyen entre autres des ateliers philo dès le plus jeune âge) et dans l’apprentissage de l’autonomie. C’est seulement une fois que des compétences dans ces domaines seront solidement acquises, que les enfants seront invités à utiliser les divers outils numériques qui seront mis à leur disposition. Cette utilisation sera accompagnée, de façon à aider les enfants à faire seuls, tout en développant et en conservant leur discernement (face à la multiplicité des informations présentes sur Internet par exemple). Ils auront accès aux outils de bureautique (gestion d’une boîte mail, utilisation de traitement de texte, de tableur, de présentation de diapositives, de classement, etc.) et apprendront à faire des recherches. Ces compétences se retrouvent dans le socle commun de connaissances, de compétences et de culture, à la fois dans le domaine des langages pour penser et communiquer (qui distingue entre autres “comprendre, s’exprimer en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques”) et dans la formation de la personne et du citoyen.

Où se trouve l'école ? 

Vous avez envie de voir les locaux de l'école?

Patience, promis on vous dévoilera tout en temps voulu ! 

Intéressé(e) par notre école ?

Aidez-nous à mieux cerner

vos idées, vos envies, vos besoins !