Les questions fréquentes

© Les Cricouis. Tous droits réservés | Mentions légales et politique de confidentialité

Qu'est-ce qu' une école indépendante - alternative - hors contrat ? 

Voici comment la Fondation Pour l’Ecole définit les écoles indépendantes :
    “Les écoles hors contrat sont celles qui n’ont pas passé de contrat avec l’Etat, au sens de la Loi Debré de 1959. C’est une désignation strictement administrative qui ne dit rien sur la réalité profonde de ces écoles. Nous pouvons aussi les nommer écoles libres (dans la mesure où elles sont libres de leurs méthodes pédagogiques, de leurs programmes et du choix de leurs équipes éducatives) ou  encore écoles indépendantes (désignation qui souligne qu’elles ont été créées par la société civile, non par l’Etat).
    La grande variété des écoles indépendantes enrichit l’offre scolaire française, ce qui accroit utilement les chances des parents de trouver une école qui convienne à leur enfant


Les écoles indépendantes scolarisent près de 75 000 élèves dans plus de 1530 établissements. 
    Les écoles indépendantes présentent des garanties de qualité. Leur existence est régie par le Code de l’éducation, qui définit un cadre juridique exigeant.

  •  Elles sont soumises à des inspections plus complètes et approfondies que les autres écoles.
  • Elles sont tenues à une obligation de résultats, dans la mesure où leurs effectifs et leur équilibre financier dépendent directement de la satisfaction des familles.
  • Leur liberté permet de s’adapter rapidement et facilement aux besoins des élèves. Elles utilisent des pédagogies ayant fait leurs preuves.
  • Ces écoles et leurs classes veillent à rester à taille humaine pour que la personne soit toujours au centre de la vie de l’établissement.
  • Ces écoles sont fondées sur la coopération de tous à un projet éducatif clair et partagé, ce qui permet une cohérence éducative et un climat harmonieux nécessaires à la structuration et à l’épanouissement de l’enfant. Les écoles indépendantes ont des directeurs et des enseignants motivés : ils ont choisi d’être dans cette école précise.
  • Ces écoles sont résolument tournées vers la transmission et l’assimilation des savoirs afin que les enfants soient riches des trésors de la connaissance, et que toutes les générations se comprennent et s’enrichissent mutuellement.
  • Ces écoles développent en pratique une éducation à la solidarité véritable et à la responsabilité : mise en place de “capitaineries” où les grands aident les petits, responsabilisation des enfants chargés à tour de rôle de l’entretien des locaux et du service de cantine…
  • Ces écoles s’intéressent à la croissance globale de la personne de leurs élèves : la réalisation du programme, les notes, les examens ne sont que des moyens, pas des fins en soi; les enfants ne sont pas réduits à leur performance scolaire du moment.  Ces écoles se donnent pour but d’apporter une éducation durable aux enfants : elles les  aident à construire leur intelligence et leur personnalité pour toute leur vie.

A la rentrée 2019, 113 écoles ont ouvert !”

S'il n'y a pas de cours, comment peut-on apprendre ?

      Selon D. Greenberg (fondateur de la Sudbury Valley School), “les enfants sont tous en train d’apprendre, tout le temps. Leur vie est leur plus grand enseignant. […] Les enfants ont recours à d’autres enfants, à des livres, à des instruments et à des adultes lorsqu’ils le jugent utile. Leur principal outil est la curiosité, qui les pousse à trouver, à maîtriser, à comprendre. 
     Ils apprennent à voir le monde parce qu’ils l’observent et qu’ils évoluent en son sein. Ils ne sont pas assis, toute la journée confinés dans une salle. 
     Ils apprennent à être en relation avec autrui parce qu’ils vivent constamment au milieu de personnes de tous âges. 
     Ils apprennent à résoudre des problèmes parce qu’ils doivent se débrouiller seuls.”

 

    Par ailleurs, le mélange des âges a vraiment une vertu éducative. Toujours selon Daniel Greenberg , “Les enfants adorent apprendre d’autres enfants. En premier lieu parce que c’est souvent plus facile ; étant passé peu de temps avant par le même genre de difficultés, l’enfant enseignant est plus proche de son élève qu’un adulte. Ses explications sont généralement plus simples et meilleures. Il y a également moins de pression, moins de jugement, et une très grande motivation à apprendre vite et bien, pour atteindre le niveau de son mentor. Les enfants adorent enseigner. Cela leur donne le sentiment d’être utiles, d’accomplir vraiment quelque chose. Plus important encore, cela les aide à avoir une meilleure maîtrise de la matière qu’ils enseignent : ils doivent la comprendre clairement et l’expliquer tout aussi clairement. […] En tant qu’arme secrète, le mélange des âges est une valeur sûre. Il accroit considérablement la capacité d’apprentissage et la faculté d’enseigner à l’école.” 

 

     Enfin,  d'après Yazid Arifi, (co-fondateur de l’Ecole Démocratique de Paris créée en 2016), “La première chose à retenir est qu’elle n’a pas de pédagogie. L’étymologie même de pédagogie est : Paidos-gogia, soit « guider l’enfant ». Une école démocratique ne guide pas l’enfant, sa volonté est d’abolir les rythmes scolaires, les classes d’âge, l’évaluation, en somme tous les repères et cadres de l’école “classique”.
Nous partons du présupposé que les enfants viennent au monde déjà savants, la preuve en est que de 1 à 3 ans, ils apprennent une quantité considérable de choses (marcher, parler, grimper, exprimer ses goûts,… ) et ce sans nul besoin de maître. Ils sont donc capables d’eux-mêmes choisir leur apprentissage en fonction de leurs besoins et motivations. Le pari de cette école est de faire en sorte que l’enfant gagne confiance en lui, sache oser, en toute autonomie, sans peur de l’échec ni du jugement des autres, et soit ainsi en capacité d’identifier et développer ses motivations intrinsèques. Ceci une fois acquis, il peut librement prendre en main son destin et trouver le sens des responsabilités quant à ce dont il a besoin pour parvenir à ses fins.”

Si les enfants choisissent eux-mêmes leur apprentissage, comment vont-ils s'adapter aux contraintes imposées par la "vie réelle" en dehors de l'école ? 

   Dans cette question, on parle de s’adapter.  Or, pour s’adapter, de façon heureuse et choisie, aux différentes contraintes que nous présente la vie “réelle”, certaines qualités semblent essentielles, comme l'autonomie, la confiance en soi, l’estime de soi, la responsabilité, la curiosité, l’ouverture d’esprit, le discernement, l’accueil de l’Autre dans sa différence. Ce sont ces aptitudes qui seront développées au maximum au sein de l’école, à travers des ateliers pour développer les intelligences émotionnelles, des ateliers philo, de la méditation, mais également à travers une posture constante et quotidienne adoptée par les membres de l’équipe : bienveillance sincère, écoute respectueuse et empathique de l’enfant (sans discrimination, jugement, mépris, moquerie), considération pleine et entière pour les enfants en tant que personnes. 
Donc, oui, après une scolarité aux Cricouis, les enfants auront appris un savoir-être qui leur permettra de se tenir debout, bien ancrés et auront pleinement confiance en leurs propres compétences. Quels meilleurs atouts pour s’adapter aux contraintes de la vie “réelle” ?

Quel est le rôle des adultes au sein de l'école ?

Les membres du personnel de Les Cricouis ont en commun un profond attachement pour les idéaux que souhaite incarner l’école en matière d’éducation. Sinon, ils se présentent simplement comme des “facilitateurs” qui sont là pour accompagner les enfants, pour leur faciliter l’apprentissage si les enfants en expriment le besoin. Les adultes peuvent aussi être simplement assignés à des tâches atittrées (comme des tâches administratives par exemple). Les enfants se gèrent eux-mêmes, aucune décision n’est prise par les adultes seuls. 
Le Conseil d’école est le seul organe de décision de l’école. Chaque membre peut s’exprimer, s’agissant du recrutement de nouvelles personnes comme du changement du règlement intérieur. Parce que les adultes sont plus âgés, les membres de l’école savent qu’ils sont à leur disposition pour leur apporter de l’aide et qu’ils pourraient facilement les aider à trouver des réponses à leurs questions. Mais les adultes ne font pas à la place des enfants et leur intention n’est pas guidée par un objectif pédagogique.

Quelle est la place des parents ?

   Dans une école démocratique plus que dans n’importe quelle école, l’adhésion totale des parents au projet pédagogique est nécessaire. En effet, inscrire son enfant dans une école type Sudbury ne va pas de soi aujourd’hui car c’est une façon de sortir des sentiers battus, de prendre de la distance par rapport à un modèle très connu et qu’ont vécu la majorité des parents.  
   Les parents sont donc pleinement les alliés et les partenaires de l’école. Ils sont membres adhérents et sont éligibles au Conseil d’Administration de l’association Les Cricouis qui gère l’école.
   De plus, les parents sont chaleureusement invités à nous rendre visite quand ils le souhaitent, pour aider à “enseigner” ou participer aux tâches les plus variées.

   Comme l’explique Daniel Greenberg, “les parents font intégralement partie du tableau depuis le début. […] D’abord parce que l’éducation des enfants relève avant tout de la responsabilité des parents. Ils mettent des enfants au monde et c’est leur devoir sacré de les élever jusqu’à les rendre indépendants. Les écoles sont là pour les aider dans cette tâche, et pas pour les en exclure.”

Mon enfant peut-il passer un diplôme, rejoindre le système classique, poursuivre des études supérieures ?

Les enfants, à l’école Les Cricouis, comme dans toute école hors-contrat, doivent avoir acquis, à la fin de leur scolarité, les fondamentaux listés par l’Education Nationale dans le socle commun de connaissances, de compétences et de culture. 
    Si l’enfant le souhaite, et seulement à sa demande - pour que sa motivation soit intrinsèque - il peut passer les diplômes qu’il veut. L’école lui facilite l’accès à toutes les ressources qu’il juge nécessaires, matérielles et humaines. L’expérience montre que les enfants réussissent le plus souvent les diplômes qu’ils souhaitent passer car leur motivation ne vient que d’eux-mêmes. 
    Si l’enfant doit rejoindre le système classique, c’est tout à fait possible. 
Soit c’est une volonté de l’enfant et c’est donc en conscience et mature qu’il suivra une scolarité choisie et non subie. C’est une clé essentielle de la réussite.  Soit l’enfant ne l’a pas choisi et dans ce cas, s’il est vrai qu’à l’instant T , il n’y a pas de garantie qu’il soit “au niveau” de ses homologues scolarisés dans le système traditionnel,  en revanche, grâce à la philosophie et aux valeurs transmises et vécues à l’école, il aura acquis suffisamment de confiance en lui et d’autonomie pour s’adapter le mieux possible à son entrée dans le système classique. 

L' école peut-elle accueillir des enfants handicapés ?

L’école Les Cricouis se veut un lieu ouvert à toutes et tous, donc tous les enfants y sont les bienvenus. Au niveau de l’infrastructure, l’école est apte à accueillir des enfants handicapés. Au niveau de l’encadrement, le personnel de l’école n’étant pas formé pour le moment, les enfants présentant des handicaps reconnus devront être accompagnés par un-e AESH ou AVS à la charge des parents. L’entretien préalable permettra aux parents et à l’équipe de vérifier que la grande liberté proposée au sein de l’école répond bien aux besoins de tous les enfants. Certains, par exemple, peuvent nécessiter des rituels fixes et répétés et ainsi ne pas trouver les repères suffisants à leur sérénité au sein de notre école.

Si mon enfant veut apprendre à parler Anglais, Espagnol, faire des exercices de mathématiques ou une autre matière spécifique, comment peut-il y arriver ?

Les enfants de l’école Les Cricouis ont la totale liberté d’apprendre ce qu’ils ont envie d’apprendre. Un espace dans l’école est dédié aux apprentissages formels, avec des manuels scolaires et une tablette numérique à disposition des enfants qui souhaitent suivre des cours formels et faire des exercices. Par ailleurs, le personnel de l’école est à la disposition des enfants pour les accompagner dans leurs apprentissages et répondre à leurs besoins, soit en leur dispensant des cours, soit en les guidant vers des ressources susceptibles de les aider, soit en allant mobiliser (dans les jours qui suivent par exemple) les ressources humaines (en faisant par exemple appel à un anglophone pour faire de la conversation ou à un photographe pour leur enseigner des techniques plus poussées) ou matérielles (en se procurant des outils de géométrie ou du matériel de chimie par exemple) nécessaires.